/medias/image/11499022125b3dfd854c2e5.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Récap' RH : Thibaut Lanxade, MEDEF et Xavier Ragot, OFCE, à propos de la création d'emplois en France

Conférence

-

16/02/2016

Ce mercredi 10 février, le Club V.I.E assistait au Cycle des amphis de l'AJEF sur le thème « La France peut-elle vraiment créer un million d'emplois rapidement ? Quels emplois, dans quels secteurs et à quelles conditions d'environnement économique ? »
 

Conférenciers :

· Thibault Lanxade, vice-président du MEDEF
· Xavier Ragot, président de l'OFCE

 
Deux points de vue étaient exposés : celui du chef d'entreprise et celui de l'économiste.
 

Dans le cadre de la mise en place de CICE, le chiffre d'un potentiel d'un million d'emplois créés a été mis en avant. Pour arriver à ce chiffre de création d'emplois, une dynamique disruptive par rapport aux autres pays européens au niveau de la politique du coût du travail devait être mise en place.

Si l'on s'intéresse aux charges sociales, le différentiel entre la France et l'Allemagne était de l'ordre de 116 milliards d'euros. Le pacte de responsabilité a permis de diminuer de 41 milliards ce différentiel. Mais le coût du travail n'est pas le seul axe sur lequel on peut s'appuyer pour créer de l'emploi. Il faut pouvoir s'attaquer à des « totems » du marché du travail : une réforme profonde du marché du travail est nécessaire avec la mise en place d'une plus grande flexibilité.

Le marché du travail est en train d'évoluer. De nouvelles formes de travail voient le jour : il s'agit principalement de l'ubérisation du travail (la montée du travail indépendant). Aux États-Unis par exemple, en 2020, 50% des emplois seront occupés par des travailleurs indépendants. En Europe, ce taux sera atteint entre 2025 et 2030. Il faut donc accompagner cette nouvelle forme de travail en repensant la protection sociale qui est basée principalement sur le salariat.

Dans les années 1970 en France, 20% de la population était travailleurs indépendants. A l'heure actuelle, ce taux est à moins de 8%. Cette tendance provient de la mise en place d'une politique du tout salariat en France pour répondre à la logique de protection contre subordination. Pour pouvoir accompagner le développement de ces nouvelles formes de travail, il faut reconnaître le statut du travailleur indépendant et donner la possibilité aux entreprises d'utiliser ces travailleurs sans courir le risque d'une requalification de leur contrat de travail pour salariat déguisé. Un exemple intéressant du changement lié à cette ubérisation du travail est l'application Wonolo qui permet de rémunérer des personnes pour des tâches de très courtes durées (ranger des stocks pendant une ou deux heures par exemple).

La France a déjà connu dans son histoire récente des périodes de forte création d'emplois. Entre 1998 et 2001, deux millions d'emplois ont été créés. Entre 2004 et 2007, un million d'emplois ont été créés. Pour comprendre les difficultés de l'emploi en France, il est intéressant de comprendre comment les États-Unis sont sortis de la crise de 2008. Ils ont augmenté massivement leur dette (d'environ 40%) pour soutenir l'activité sous forme d'un assouplissement quantitatif (quantitative easing) et de baisses d'impôts. En Europe, cette augmentation de la dette n'a été « que » d'environ 30%. Cette différence d'augmentation de la dette publique entre les États-Unis et l'Europe correspond aux très fortes hausses des impôts en Europe pour combler les dettes publics. Ce choix a tétanisé les économies européennes convalescentes.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La prochaine conférence aura lieu le mercredi 16 mars 2016 de 20h à 22h dans l'amphithéâtre du lycée Louis Le Grand et traitera des questions suivantes : « Le choc des nouvelles technologies et de la robotisation : quels emplois seront créés demain et lesquels vont disparaître? ». Les conférenciers seront : Augustin Landier (Toulouse School of Economics), Olivier Passet (Directeur des synthèses chez Xerfi) et David Lemaitre (Président-fondateur d'EOS-Innovation).

165 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Conférence

[ Grand Prix VIE Entreprises 2019 ] le 17 septembre à Paris

User profile picture

Kamala Tacoun

06 septembre

1

Conférence

Retour sur l'événement Business France Sport et V.I.E mêmes valeurs !

VL

Valentine Lesur

31 mars

Conférence

VENI VIDI VIE(s)CI

VL

Valentine Lesur

14 mars